#9. Les meilleures histoires arrivent à ceux qui savent les raconter.

Temps de lecture : 2 minutes

Ça va, toi ? ^^

De mon coté, après vérification avec moi-même, je suis bien 😀

Surtout depuis que j’ai découvert que :

Les meilleures histoires arrivent à ceux qui savent les raconter. 😀

Si tu crois que les meilleures histoires arrivent seulement aux autres. C’est faux. Les autres les racontent juste mieux que toi.

Désolé de te balancer ça aussi brutalement mais toutes tes histoires sont bonnes. Il faut surtout trouver comment les rendre drôles, excitantes, captivantes …

Elles ne le sont pas par nature. Elles le deviennent.

Du coup, il n’y a pas de mauvaises ou de bonnes histoires. Il y a seulement de bons et des mauvais conteurs.

Tu en doutes ? Voici une preuve.

Prends un cours d’anglais. Un cours bien chiant de 6ième. Le genre à fondre d’ennui 🤯

Tu l’as ? Vas-y, raconte-moi une bonne histoire avec.

Tu galères un peu ?

Normal.

Maintenant, si je te dis « Where is Bryan ? »

Tu vois, d’un évènement a priori sans intérêt, Gad Elmaleh en a fait un sketch anthologique.

C’est presque de l’alchimie : le gars, avec du plomb, il en a fait de l’or 🙌

Après, c’est du boulot d’obtenir un tel résultat.

Prends Haroun, un autre humoriste, il confie écrire 10 heures par jour pour seulement 5 min de récit. C’est énorme.

Bien sûr, on n’a certainement pas tous 10 heures pour raconter une histoire.

Veux-tu mon secret ?  

Je raconte mes histoires avec enthousiasme. Cela a l’air débile dit ainsi mais, quoique tu racontes avec enthousiasme suscite de l’enthousiasme.

C’est marrant à observer. Juste essaie et je t’en laisse la bonne surprise 😀

Maintenant, les artistes du stand-up sont de très bons exemples de conteurs d’histoires. Après tout, ce sont des gens payés à raconter leur quotidien de manière divertissante.

Cependant, c’est valable pour n’importe quel récit.

De l’épouvante, en passant par le fantastique, n’importe quoi raconté avec les bons mots devient une bonne histoire. Il suffit de les trouver.

Même si c’est seulement six mots.
 

BONUS. Une histoire en 6 mots.


Et si tu n’as plus que 6 mots pour raconter une histoire complète, serais-tu capable de relever le défi ?

Alors qu’il déjeunait au restaurant avec des amis écrivains, Ernest Hemingway parie dix dollars qu’il peut fabriquer une histoire entière en six mots.

Une fois le pot complet, il écrit sur une serviette en papier :

« À vendre : chaussures bébé. Jamais portées. »⚡

Et, il s’empare de ses gains, le bougre.

Alors, légende ou histoire vraie ?

Tout le monde l’ignore. Puis, on s’en fout ! Ici, l’idée est simple : une bonne histoire n’est jamais une histoire de longueur.

Quand c’est chiant, c’est chiant. Il est inutile qu’elle devienne intéressante à la centième page. Sinon, elle a cent pages de trop.

Maintenant, six mots, c’est court, très court. C’est tout le génie de l’artiste. Faire, dans la contrainte, ce à quoi beaucoup échouent.

Ce défi, des gens se le lancent régulièrement partout dans le monde sur 6-Word Stories.

Après, c’est en anglais. Ceci dit, cela ne nous empêche de nous prêter à l’exercice.

Par exemple, voici mon histoire en six mots :

  • Voici mon histoire en six mots 😀

Plus sérieusement : 

  • Je connais ton secret. Écoute-moi !

Tu relèves le défi ? 🙂

Qu'en dis-tu ? :)