#18. Il vaut mieux un « fait à parfaire » qu’un « non-fait parfait »

Temps de lecture : < 1 minute

Aujourd’hui, ça va être rude. Laisse-moi te dire pourquoi :

Il vaut mieux un « fait à parfaire » qu’un « non-fait parfait » 🙏

Bon, on est un peu dans le même registre des gens amoureux à l’IDEE de faire plutôt qu’à FAIRE.

Ceci dit, cela me permet de préciser une chose.

Si les gens sont amoureux de l’idée, c’est qu’elle est parfaite. Seulement, ils veulent épouser quelque chose qui n’existe pas.

La perfection est une hypnose. Seul le progrès compte.

Alors, bien sûr, le premier jet de quoique ce soit, c’est de la merde.

Normal, c’est dur au début. Cela fait partie du processus inévitable de la création.

C’est dur puis, brouillon et enfin, c’est évident.

Seulement, tu ne peux pas améliorer ce que tu n’as pas déjà produit.

Il suffit de commencer.

D’ailleurs, la définition même du travail consiste à amener une volonté du champ des idées au champ de la réalité.

On appelle ça « réaliser ». Littéralement, cela veut dire passer à la réalité.

Dès lors, l’action est ce qui entre nous et la réalité.

Accomplir sa volonté consiste seulement à faire même si c’est mal faire au début puisqu’après, on peut mieux faire.

Il vaut mieux donc un « fait à parfaire » qu’un « non-fait parfait » 😀

Qu'en dis-tu ? :)