Nous sommes les 10 %

Seuls 10 % des gens veulent tout savoir.
Seuls 10 % des gens ont adopté l’état d’esprit d’apprendre de tout et de tous.
Seuls 10 % des gens ont choisi le jeu du savoir.
Seuls 10 % des gens veulent connaître de Wikipédia plutôt qu’un milliard d’euros.
Seuls 10 % des gens sont des « insatiables de savoir »

D’où vient ce chiffre ? Je ne sais plus. Je l’ai lu dans un livre ou un article, c’est certain. Néanmoins, le titre m’échappe. Alors, si toi, lectrice, lecteur, tu as la référence, je prends 

Car au delà du chiffre, une idée s’impose :

Savoir est une volonté marginale.

À cela, plusieurs raisons.

Déjà, nombreux sont ceux qui pensent savoir. Trop nombreux. D’ailleurs, la majeure partie des gens se plaignent de manquer d’argent, de temps, de beauté … mais jamais, tu ne les trouveras à se plaindre de manquer de connaissances.

Comment le pourrait-ils ? Ils pensent en avoir suffisamment vu que c’est avec celles-ci qu’ils formulent leur jugement. Le remède serait simple : admettre son ignorance. Mais comment ? Ils ignorent ce qu’ils ignorent et souvent, ils en viennent à combler leur manque de connaissance par des opinions ou des croyances. Ils confondent alors ce qu’ils éprouvent avec ce qui est prouvé.

Également, le savoir peut rapidement devenir une malédiction. En effet, plus on sait et davantage on veut savoir. J’appelle cela la malédiction Tantale du nom du roi Phrygien condamné par les dieux à ne jamais avoir sa soif ni sa faim soulager. Qui voudrait un pareil sort ? Il est facile de reconnaître aujourd’hui sa dépendance aux savoirs. Il suffit de compter le nombre d’onglets ouverts sur Wikipédia ou bien, les favoris « rangés pour plus tard » qu’on oublie mais qu’on ne veut surtout pas supprimer.

Enfin, acquérir le savoir demande un effort. Cet effort est l’apprentissage. Or, nous sommes conçus pour éviter les efforts. Accepter l’effort sous-entend que nous avons un intérêt, une passion, un amour … pour l’objet d’apprentissage. Sinon l’effort d’apprendre est une barrière que peu acceptent de surmonter.

Voilà, pourquoi c’est si peu.

10% c’est peu.

C’est comme si, sur tes dix doigts, un seul est « insatiable de savoir ». Je te laisse t’entretenir avec eux pour déterminer lequel ^^

10 % c’est énorme aussi.

Avant #LaClaque, je pensais être le seul à disposer de cette particularité. Va savoir pourquoi. Certainement un besoin de me sentir spécial. J’avais même conceptualisé ça dans « Devenir Jarod ».

Si t’as eu la télé dans les années 90, la série Caméléon n’a pas pu t’échapper. Sinon, voici le lien wikipédia pour avoir la tête moins en friche <http://bit.ly/le-cameleon>. La particularité de Jarod, c’est savoir faire tous les métiers et savoir parler à tout le monde. Je voulais ça ! Je voulais apprendre tous les métiers du monde et être en mesure de parler à n’importe qui. D’où le concept.

Je me rends bien compte aujourd’hui : je ne suis ni seul ni le seul.

Nous sommes légion.

J’ai croisé durant 2018 tellement de personnes avec cet amour identique ou cette volonté jumelle de savoir. Des personnes prêtes à investir et s’investir complètement dans leur éducation. Ils sont « insatiables de savoir ». Ils sont marginaux. Certes. Mais ils ne sont pas seuls.

Je les appelle les #claqueurs.

Nous ne rentrons dans aucune une case INSEE. Nous sommes des femmes, des hommes. Des jeunes, des vieux. Des français, des étrangers. Des ouvriers, des cadres. Des salariés, des indépendants. Nous sommes différents. Tous. Nous sommes des rayons dont le centre est notre quête de savoir.

Nous sommes les 10 %

Leave a Reply

%d bloggers like this: