L’idée phare de ton récit ?

Sans « idée phare », n’importe quel article, livre ou récit ressemble à un mec qui veut faire le tour de France sur un vélo d’appartement.

L’idée phare est la déclaration d’intention de ton écriture. Le message que tu veux faire passer. Elle est également l’aimant de ton récit. Tout y ramène. Chaque paragraphe. Chaque phrase.

Elle éclaire donc tes mots.

Dans la forme, elle ressemble à une déclaration courte, limite un tweet.

Par exemple, l’idée phare de Victor Hugo pour son roman « Les Misérables » fut :

« Histoire d’un saint. 
« Histoire d’un homme. 
« Histoire d’une femme. 
« Histoire d’une poupée. »

Tu le vois, une idée phare n’a pas besoin d’être explicite. D’ailleurs, davantage elle l’est et moins le récit est long.

Cela implique une chose : nous pouvons être capable d’estimer le nombre de mots pour développer une idée phare.

Est-ce une idée à 1000 mots ? 10000 ? 100000 ?

Le récit n’est alors pas infini. C’est LA bonne nouvelle. S’il n’est pas infini, c’est que nous pouvons le finir.

Avoir une idée phare est donc LA priorité. Elle fixe ton cap d’écriture.

Pour illustrer à quel point elle fixe ton cap, voici un exemple.

D’une situation équivalente : un déménagement MAIS avec une idée phare différente, nous allons tirer deux récits différents.


IDEE PHARE A
« Je connais mes priorités. Jamais les choses matérielles n’auront d’importance à mes yeux. Les choses n’ont que la valeur qu’on leur donne. »

HISTOIRE A
Généralement, les déménagements demandent une logistique sophistiquée. Il faut prévoir un camion. Des amis. Etiqueter convenablement ses affaires. Parfois, prendre soin des choses fragiles.

Pas pour moi.

A chaque déménagement, je jette ou donne la plupart de ce que j’ai. Puis, je fais mon déménagement en un trajet Uber avec une grosse valise, un sac à dos et mon PC.

Et pour les affaires ? Je les rachète et je me les fait livrer dans ma nouvelle demeure. J’économise mon temps et mon énergie. Ce sont là deux choses dont on manque le plus.


IDEE PHARE B
« Chacune de mes affaires a une histoire. Me débarrasser d’elles, c’est comme me débarrasser d’une partie de moi. Les choses ont la valeur qu’on leur donne. »

HISTOIRE B
Les déménagements sont toujours pour moi un dilemme. Quoi jeter ? Quoi garder ?

Je reste des jours à tergiverser. Parfois, la réflexion m’occupe des nuits entières. C’est épuisant.

Dois-je garder ce canapé-lit ? 
Il m’a été offert par mon papa quand j’ai quitté ma maison.

Dois-je garder mon Mac qui chauffe et bugge à longueur de journée ?
C’est la première chose de valeur que j’ai acheté avec mes propres sous.
Mouais …

Mes affaires sont un carrousel de bons souvenirs. J’aime cette impression de faire visiter un musée quand les gens passent me rendre visite. J’ai une histoire pour chaque objet. Le déménagement sera également leur histoire.


Bref. C’est quoi l’ « idée phare » de ton récit ? 😀

Leave a Reply

%d bloggers like this: