Les défauts qui nous choisissent

Si on m’avait demandé de choisir un défaut, j’aurais pris sans hésiter « Fantasque ». Cela a l’air tellement cool d’ « être fantasque ». Dans mon imaginaire, je me prends pour « Gatsby le Magnifique » mais … je me trompe peut être.

En réalité, un défaut n’a pas vocation à être cool.

Puis, personne ne choisit ses défauts. C’est plutôt les défauts qui nous choisissent. Toi aussi, tu n’as pas choisi tes défauts. Ils t’ont choisi et tu fais avec.

Nous avons tous des défauts. Nul n’a été moulé dans la perfection. Chacun en a plus ou moins conscience, ceci dit. Pour certains, leurs défauts sont dans des angles morts et il n’y a personne pour les éclairer. Pour d’autres, ils portent la chance d’avoir dans leur entourage, des personnes suffisamment bienveillantes pour les leur révéler sans intention malsaine.

Il faut donc, à chaque défaut, un état de conscience. En mots moins pompeux, il faut les connaître et les reconnaître.

Nous devons alors connaître nos bugs. D’où la nécessité de prendre le temps de faire connaissance avec soi.

Maintenant, faut-il réparer ses bugs comme pour un programme informatique ?
Effacer le morceau de code neuronal qui en est a l’origine ?
Autrement dit, faut-il gommer nos défauts ?

La réponse est NON.

Nos défauts n’ont pas vocation à être altérés. S’ils sont là, il y a une raison. Toutefois, ils sont un poison pour notre entourage. C’est indéniable.

Mais ce qui est un poison pour les autres peut se révéler être un remède pour nous-mêmes.

Dès lors, nos défauts sont là pour nous préserver d’un mal plus profond.

Quelqu’un d’arrogant, ce peut être un besoin d’estime et de reconnaissance.
Quelqu’un de direct et rude, un besoin de protéger son intégrité.
Quelqu’un avec l’esprit de contradiction, une manière d’apprendre.

Bref … nos défauts sont là pour nous préserver. Ils nous sont un remède essentiel. Nous n’avons pas des défauts pour le plaisir d’en avoir. Notre cerveau est plus malin que cela. Il crée des mécanismes de défenses nécessaires à notre survie. À la sienne aussi par extension.

Cependant, il est vrai, nos défauts sont un poison pour les autres.

Alors quelle solution ?

Il n’y en a pas tellement.

En réalité, les gens qui nous aiment, nous aiment avec nos défauts et non pas, malgré nos défauts. Voilà ce qu’est « aimer complètement ». Sinon, c’est un amour à la carte.

Cela peut donc se révéler parfois dur pour nos proches. C’est pour cela qu’il faut chérir profondément chacun de celles et ceux qui nous apprécient pour ce que nous sommes entièrement.

En effet, comment être complètement soi si c’est pour laisser flétrir une partie de notre caractère. D’autant plus que celle-ci nous est vitale.

Oui mais quelle VRAIE solution ?

Maintenant, si tu insistes, il y a une chose certaine à apprendre :

Savoir se faire pardonner des siens.

Je n’ai pas d’autre solution sinon 🙂

Leave a Reply

%d bloggers like this: