L’audace n’est pas l’impulsivité

Nous confondons audace et impulsivité.

« Dare the impossible » « Impossible is nothing » « Impossible n’est pas français »

T’as déjà essayé de faire de quelque chose d’impossible, toi ? Parce que, moi, jamais. Tout ce que j’ai fait était réaliste. Parfois, très difficile, c’est certain MAIS réaliste.

J’ignore d’où vient cette injonction à vouloir faire l’impossible car non seulement elle est langue de bois et pire, elle est manipulatoire.

Jamais rien d’impossible n’a été réalisé. Si cela a été réalisé, c’est que c’était possible. C’est aussi simple que cela.

En effet, « impossible » ne souffre d’aucune ambiguïté. Cette notion est absolue. Il n’y a pas des choses qui soient moins impossibles que d’autres. Par contre, effectivement, il y a des choses plus dures que d’autres.

Alors, pourquoi parler d’ « impossible » ?

Tout simplement pour nous faire réagir à une privation de liberté. Cela s’appuie sur un de nos biais : la réactance.

Le fait d’éliminer, ou simplement de menacer, notre liberté d’action déclenche un mécanisme de défense pour maintenir notre liberté d’action. En clair, quand on nous dit qu’une chose est « impossible », notre réflexe de nous la réapproprier par l’action ou par les mots.

Tu vas me dire : « C’est cool alors ! Cela permet d’enfin oser ! »

C’est vrai MAIS quand une telle technique est utilisée, elle n’appuie pas sur notre audace mais sur notre impulsivité émotionnelle.

Les deux sont strictement différentes.

Quoique nous fassions avec audace, cela demande de la préparation contrairement à l’impulsivité.

Tu crois sérieusement que les américains seraient allés sur la lune avec une catapulte ?

Il n’y a rien d’audacieux là-dedans. C’est seulement de la folie. Souvent, nous pensons alors être audacieux quand nous sommes seulement impulsifs.

Agir par impulsivité et, nous sommes beaucoup plus enclins à diminuer nos attentes voire à abandonner. Et nous abandonnons, non pas simplement parce que les épreuves sont difficiles mais, parce que nous ne nous attendions pas à ce qu’elles le soient autant. L’impulsivité pose des oeillères là où l’audace est clairvoyant.

Dès lors, l’audace consiste à faire des choses très difficiles tout en ayant connaissance qu’elles le sont.

Alors, à « challenger l’impossible » nous ouvre des portes, certes, mais à quoi bon si c’est pour trouver une maison close ?

Leave a Reply

%d bloggers like this: